livre enseigner

Guide de présence en 5 étapes

A pratiquer immodérément, en tous cas, chaque fois que vous en avez envie.
A noter que cela peut demander un certain « effort » au début, celui d’y prêter attention.
Mais dès que l’on constate les 1ers effets positifs, on sent qu’il s’agit là d’une porte merveilleuse de liberté et joie de vivre.

Confiance-en-soi

Rien à changer de ce qui se passe, rien à améliorer, rien à manipuler.
Il s’agit juste d’être présent consciemment, légèrement, sans volonté particulière à ce qui est, à chaque instant.
A chaque instant, il y a quelque chose qui se vit, il y a des faits, des sensations, des sentiments, des émotions etc.. Cela se passe et s’expérimente.
Dans notre habitude, nous n’y prêtons pas attention, notre regard est tourné sans cesse vers ce que dit la tête.
Je vous propose d’inverser cette tendance en mettant votre attention naturelle sur toutes les autres perceptions habituellement délaissées. Ceci, pratiqué régulièrement, peut changer radicalement le point de vue et donc le vécu.

« Mode d’emploi »

Pour commencer, je vous propose de choisir un moment de la journée, fixe, dédié à cela, pendant quelques minutes, que vous élargirez progressivement.
J’ai remarqué que le matin au réveil était un temps privilégié, à condition de ne pas être bousculé. Cela peut être aussi le soir juste avant de dormir ou à l’occasion de faire la vaisselle, du sport, de danser, chanter ou toute autre activité qui vous plaira.

Plus tard, augmentez les moments de pratique, matin, midi et soir par ex et augmentez aussi en parallèle la pratique de chaque moment en durée.
Faîtes le à votre rythme. Puis augmentez encore et ainsi de suite.

NB: si vous n’obtenez rien à certains moments, ne vous découragez pas, il peut falloir de la persévérance pour faire lâcher les vieilles habitudes de présence au mental et découvrir ensuite le joyau que nous sommes, que la vie est à chaque instant.

Voici la séquence que je vous propose:

1. remarquez ce qui se passe à l’instant

ex: je me lève, je bois mon café, je m’étire, Chantal entre dans la pièce, la cafetière est allumée, je bouge sur ma chaise, Chantal baille etc…

Cela devient au bout de quelques moments de pratique (en reprenant les exemples ci dessus):
les muscles des jambes se contractent, le corps se penche en avant puis se redresse, je suis debout. Le bras bouge, la main saisit la tasse, le bras amène la main devant les lèvres, la bouche s’ouvre, la main bascule la tasse, le café coule dans la bouche puis déglutition le café coule dans la gorge etc..

2. remarquez les mouvements du corps et les sensations internes en lien

Par sensation internes, cela comprend tout ce qui est tactile, kinesthésique, proprioception et tout ressenti.
Même description qu’au dessus, l’attention se porte également sur les sensations du corps en lien avec le mouvement (en particulier, respiration battement du coeur etc..)
Lorsque vous êtes à l’aise avec ceci rajoutez:

3. les autres sensations : audition, odorat, goût, vue.

Ces autres sens sont intégrés à ce qui est vu en 1 et 2 (et non à la place).
C’est pourquoi si vous n’y arrivez pas, ne forcez pas, revenez aux stades précédents jusqu’à ce que cela devienne naturel.

Lorsque cela est possible, non seulement ce qui est entendu, senti, goûté et vu est remarqué mais également le fait d’entendre, de sentir, de goûter et de voir est aussi remarqué. Autrement dit, il y a conscience:

  • du son et de l’écoute du son
  • de l’odeur et du fait de sentir,
  • du goût et du fait de goûter
  • de la vision et du fait de voir.

 

4. enfin quand tout sera intégré, rajoutez la contemplation de votre parole

Remarquez quand vous parlez et ce que vous dîtes sans bien sûr chercher à modifier quoique ce soit.
Vous noterez en même temps que l’écoute de ce que vous dîtes, le positionnement du corps, les sensations « internes » et aussi les sensations « externes » permettant de voir et entendre le monde (les autres en particulier) en écho à votre parole.

Il y a une suite, elle survient tout naturellement: elle se porte sur l’observation du mental déjà bien amorcée par l’écoute de la parole. Je ne la détaillerai pas plus car elle se place d’elle même tout naturellement si besoin est.

Il est dit de cette pratique, si elle est régulière et maintenue jusqu’à devenir constante, qu’elle peut conduire à l’Eveil c’est à dire à la reconnaissance de notre véritable identité.

Rf: Tout ceci est inspiré de l’ouvrage: l’éveil selon le Tchan,  » les carnets de Sou-tchien », par Jérôme Calmar aux éditions Alain Labussière et revu à partir de ma propre expérience

Je rajouterai également, dérivé de ma propre expérience, une expérience supplémentaire qui amène à réaliser les bienfaits de cette pratique:

5 La perception pure:

Choisissez une perception, peu importe laquelle, par ex en écoutant quelque chose ou en regardant quelque chose. Imaginez, juste avant, que votre mental n’est plus fonctionnel, qu’ il est au repos complet: plus de mémoire, plus de concepts, plus de pensées. Mettez vous ensuite dans la perception choisie et voyez ce qui se passe dans cette perception directe avec un mental totalement absent
Si vous y arrivez, vous comprendrez immédiatement tout l’intérêt du guide proposé au dessus.

C’est à vous maintenant

Conscience-quantique

Source : etrete.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s