Fini et infini

La notion de fin, d’arrêt, induit une limite, une crainte, des peurs. Il est difficile d’admettre la fin de quelque chose, la mort de toute action, le décès d’une personne. La fin est souvent vue comme un arrêt marqué par les regrets, la douleur, le mal-être. On oublie bien souvent que la transformation soumet chaque être, chaque objet, chaque situation à un lâcher prise vis à vis de sa propre existence tout au long de sa propre vie. De la fin d’une action débute une autre action. D’une pensée découle une autre pensée. La lune suit le soleil. Le jour remplace la nuit. La fleur fait place à la graine. La vie est faite de petites morts et de renaissances.

En observant de plus prêt ce processus, il est évident que chaque chose se transforme. La mort n’est qu’une étape, une marche vers un autre état de notre évolution, vers un autre palier de conscience, vers la connaissance. La connaissance de soi  prépare chacun à admettre cette étape cruciale de notre évolution.

Chacune de nos actions laisse une trace, un écho qui retentit, plus ou moins fortement, dans nos vies . Alors, afin d’éviter les regrets, il est bon de mettre comme impulsion à toute action une bonne énergie afin de ne pas se retrouver déborder par nos émotions. Il est nécessaire de placer à la naissance de chaque chose une impulsion d’amour. Car ce que nous plaçons au début de chaque action résonne tout au long de l’acte en lui même. Ce qu’il résulte de chaque pas est l’impulsion de ce dernier, la trace dans le sable.

Le changement, l’évolution n’est pas douloureux en soi mais c’est la résistance à ce dit changement qui est difficile à vivre. La vie de chaque chose, action, être n’est donc qu’une étape à une marche bien plus grande, à une étape bien plus importante. En partant de ce principe là, en ouvrant nos perceptions à autre chose, quelle qu’elle soit, la notion d’infini devient palpable et la fin ne se résume plus qu’à un état transitoire.

Publicités

3 réflexions sur “Fini et infini

  1. Sol dit :

    Bonjour Amtita et à tous

    Effectivement, le refus de la transformation, crée l’illusion de la mort à la lumière de l’éternité de la fin des UNS FINIS durant le temps du monologue, du dialogue et du silence intérieur…

    Le signe de l’infini est horizontal. Lorsque son orientation est verticale le signe se transforme en la graphie du chiffre huit. Ce mouvement d’hélice exprime les cycles
    de la transformation du zéro auquel on aura serré la ceinture.

    Si l’on tien compte des neufs ouvertures sur le corps, alors le chiffre zéro
    est représenté par le nombril (le nom brille, le non brille) à la manière d’une
    intégration de tous les nombres.

    Dans la pratique, il existe trois Zéros distincts, c’est à dire un zéro négatif, un zéro neutre, un zero positif. Les zéros positifs ou négatifs représentent des valeurs relatives, proches supérieures ou inférieures mais non égales à zéro comme le zéro neutre (absolu)

    Il existe peu de signe alphanumériques dont le changement de position donne un changement de sens. Or avec les trigrammes, les hexagrammes, les triplets et codons de l’adn, tout l’inverse est obtenu, ce qui pointe sur le fait que nous disposons à la fois d’un langage par mots et d’un langage par formes se changeant mutuellement l’un par l’autre.

    Bien à toi, à chacun et à tous

    Belle suite et merveilleuse journée

    Merci beaucoup

    Aimé par 1 personne

  2. sarah dit :

    bel Ecrit, 🙂 des mots simples… qui permettent sans Algèbre, une belle définition et facile à Entendre pour l’Esprit, et si cohérant pour l’Âme….
    la Sagesse est une Culture qui se transmet avec la douceur de l’Emotion…
    et qui se voit quand cela a été « vécu »… merci

    Aimé par 1 personne

    • Sol dit :

      Bonjour Sarah et à tous,

      Encore un mot plus rapide que ce sourire adressé aux étoiles, car effectivement, le langage par formes rend bien des livres inutiles
      dès qu’un rayon de soleil vaut toutes les bibliothèques du mondes.

      A suivre : https://tarogramme.wordpress.com/2015/05/16/20360/

      Bien à toi, à chacun et à tous,

      Souhaitons-nous le nécessaire qui seul libère
      et nous libère sans délibérer en ce bel,
      vierge et vivace aujourd’hui qui déroule
      jusqu’ici son tapis volant…

      Merci beaucoup, pour ton approche aussi bienveillante qu’attentive.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s