L’adaptation

Après la phase  du changement, il y a la phase de l’adaptation.

En effet, en prenant pour exemple le papillon qui passe par l’étape de la chenille, puis du cocon, ce dernier avant de pouvoir s’envoler doit, avant toute chose, laisser sécher ses ailes.

Il en est de même pour tout un chacun. Une fois le changement effectué nous passons tous par une phase d’adaptation au nouvel environnement. Un temps dédié à l’observation, au repos aussi. Une fois le cocon percé, le papillon est épuisé il va donc de soit que ce dernier doit reprendre ses forces et l’énergie nécessaire afin de pouvoir jouir du nouvel environnement ou, du moins, de jouir de l’espace qui s’offre à lui d’une nouvelle manière.

Cette phase reste inconfortable car, à cette étape la, nous sommes en phase de découverte donc , plus sujet à foncer tête baissée pour certain ou bien enclin à rester prostré pour d’autres mais dans tous les cas certainement plus fragile.

C’est la ou le rythme apparaît.

Mais comment trouver le bon rythme ? Quel pas faire en premier ? Comment savoir si l’heure est venue de continuer à mettre des choses en place pour continuer son évolution ?

Chaque chose en son temps. Prenons donc le temps de faire une chose après l’autre. Notre esprit neuf ne peut, en effet, se concentrer que sur une chose à la fois. Reprendre un rythme effréné ne servirait à rien et rester à ne rien faire non plus d’ailleurs.

Encore une fois, l’instant prend toute sa dimension, tout son sens. Une chose après l’autre. Une action mène à une autre, un instant après un autre.

Dans cette phase d’adaptation, tous les paramètres sont à prendre en compte. Rien n’est la par hasard, tout se présente à nous en temps et en heure. Il est bon d’être pleinement ouvert aux changements afin de pouvoir prendre conscience du véritable sens de nos actions et donc de pouvoir mener chacune d’entres elles d’une juste manière sans se laisser porter par notre enthousiasme ou bien nos peurs et le manque de repères.

Si je pars donc de ce principe, l’instant est donc le métronome de cette phase. Il nous permet de trouver le juste rythme afin de ne pas gâcher tous les efforts précédemment effectués et donc de pouvoir jouir de cette phase de la même manière qu’un préparation physique et mentale à un nouveau bond vers notre propre bonheur.

Publicités

Une réflexion sur “L’adaptation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s