Comment pratiquer la méditation analytique ?

Dans la vie quotidienne nous faisons souvent de la « méditation analytique ». Par exemple, quand nous sommes attachés à une certaine personne, notre affirmation de base est : « Il/Elle est merveilleux/merveilleuse ! » Et puis nous pensons aux multiples raisons qui en sont la preuve. Elle est jolie, elle est intelligente. Il a un bon esprit, il est gentil. Elle est intéressante à écouter. Il est si beau à voir. A l’aide de ces raisons, et de beaucoup d’autres, nous renforçons notre sentiment que cette personne est merveilleuse, et le résultat est que notre attachement atteint son paroxysme et nous pensons que nous devons être avec cette personne pour être heureux. Il n’y a pas d’autre moyen ; nous ne pouvons pas supporter d’être sans lui, ou sans elle.

Ce processus mental est une méditation analytique. Si quelqu’un dit le contraire, qu’il ou elle est désagréable, pas si séduisant(e) que cela, nous n’en écoutons pas un mot parce que nous sommes totalement convaincus du contraire. La méditation analytique est comme cela.
Parfois nous nous engageons dans une méditation analytique sur la colère. Nous pensons que telle ou telle personne est mauvaise. Nous validons cette pensée par diverses raisons, comme de nous souvenir qu’elle nous a fait du mal, à nous ou à nos amis, dans le passé et que maintenant il parle de nous derrière notre dos. Nous spéculons sur le mal qu’il pourrait nous faire à l’avenir. Nous nous appuyons aussi sur des citations : « Mon ami a dit qu’on ne peut pas se fier à cette personne », etc. Plus nous trouvons de raisons, ou d’arguments, plus notre conviction grandit et plus nous sommes imperméables aux paroles d’un autre qui nous ferait remarquer les qualités de cette personne.

De la même façon, il y a certaines personnes dont nous sommes très proches, qui nous ont beaucoup aidés, ou avec qui nous avons passé beaucoup de temps. Quand elles meurent, nous pensons à elles où que nous allions. Tout ce que nous faisons nous les rappelle. Nous pensons à elles, encore et encore : « Si elles étaient vivantes, nous ferions ceci et cela, nous passerions de bons moments ensemble. Comme ce serait merveilleux ! » En nous les remémorant ainsi et en pensant à elles de manière répétée, elles nous manquent encore plus et notre souffrance augmente.

Voilà comment « la méditation analytique » renforce nos attitudes perturbatrices. Cependant, nous pouvons mettre à profit cette même technique pour réfléchir aux sujets de la conscience dans le but de faire croître nos attitudes constructives. Pour faire cela, nous contemplons de manière répétée un sujet particulier et les raisons ou arguments servant à étayer ses divers points. Nous devons faire appel à tous les arguments et tous les exemples possibles pour que le sujet de méditation devienne clair et convaincant, et nous devons garder le sujet à l’esprit sans l’oublier. Faisant cela, notre expérience intérieure de la conclusion deviendra de plus en plus forte, et alors nous concentrons notre esprit en un point sur ce ressenti. Quand cela se produit, c’est le signe que notre méditation analytique est en train de donner ses résultats. Par exemple, si nous méditons sur l’impermanence et la mort, nous pouvons nous dire que : « La mort est certaine parce que tout le monde doit mourir, parce que la durée de notre vie s’amenuise continuellement et ne peut pas augmenter, et parce que nous allons mourir sans avoir pratiqué de travail sur notre conscience si nous continuons à perdre notre temps ». Nous réfléchissons à chacun de ces points en profondeur, en les reliant à des exemples issus de notre propre vie, en faisant appel à des raisonnements, et en les rapportant à notre expérience personnelle.Alors s’élève en nous un sentiment de justesse.

Certaines personnes associent le terme « analytique » à un bavardage sec et intellectuel ; elles pensent en fait que la méditation analytique est un exercice purement intellectuel. Mais ce n’est pas correct. En analysant de près les étapes de la voie, à l’aide d’arguments et d’exemples, et en les rapportant à notre propre vie, des expériences intérieures très fortes peuvent s’élever qui transforment notre esprit.

Quand nous pratiquons la méditation analytique sur un sujet, nous réfléchissons aux divers points, en nous efforçant de comprendre les arguments, les citations, et leur application à notre vie ; ce qui signifie que nous analysons pour vérifier jusqu’à quel point les expériences de
notre vie viennent confirmer ces points. Cela signifie aussi contempler la manière d’utiliser ces arguments et autres citations pour gérer les situations et les difficultés que nous rencontrons dans notre vie. Quand, grâce une telle méditation, nous développons des pensées, des sentiments et des concepts positifs, quand nous réfléchissons au sujet, une expérience sincère et venant du cœur s’élève, mais quand nous cessons de penser aux arguments et raisons, l’expérience s’efface. Pour la rendre stable, il est nécessaire de nous accoutumer à l’expérience qui a été produite grâce à l’effort, et ce faisant, finalement elle devient sans effort, naturelle.

Chaque fois que nous pensons au sujet, l’expérience s’élève automatiquement sans qu’il soit besoin d’analyser. Par exemple, si quelqu’un est très attaché à quelque chose, il suffit que la personne se souvienne de l’objet pour que l’attachement surgisse automatiquement, sans qu’elle ait besoin de penser à toutes sortes de raisons. Pour l’instant, c’est notre attachement qui généralement est sans effort tandis que notre compréhension de Soi demande un effort. Cependant, en entraînant notre esprit  pendant longtemps, les réalisations de l’amour, de la compassion, de la sagesse, etc. ne demanderont plus d’effort de notre part, et il nous faudra faire un grand effort pour nous mettre en colère ou avoir de l’attachement. Donc, tout d’abord, nous faisons la méditation récapitulative pour nous familiariser avec la structure générale du sujet. Puis nous faisons effort pour faire naître l’expérience intérieure de ce sujet. Enfin, comme notre esprit est devenu très familier avec le sujet, l’expérience devient naturelle.

De manière générale, il faut méditer sur les étapes de la voie graduée dans l’ordre où elles sont présentées. Quand nous sommes parvenus à une expérience intérieure profonde, ou réalisation, d’une première étape, alors nous poursuivons notre méditation analytique avec la suivante. Nous ne devons pas négliger les étapes précédentes mais continuer à faire des méditations récapitulatives sur elles afin de garder bien vivante notre expérience intérieure de ces étapes. Avant d’avoir réalisé un sujet, il ne faut pas passer au sujet suivant et commencer la méditation analytique sur celui-ci.

Si quelque doute s’élève au cours de notre pratique de la méditation analytique, nous devons y réfléchir et, si possible, en discuter .  Si nous ne discutons pas de nos doutes et les mettons simplement de côté ou les supprimons, ils peuvent bloquer notre progression en rendant notre esprit crispé et incertain. Il est donc important de chercher de l’aide afin de venir à bout de nos doutes.

Il y a deux types essentiels de méditation : la méditation stabilisatrice pour développer la concentration en un point, et la méditation analytique pour développer une compréhension profonde des divers sujets. Ces deux types de méditation sont pratiqués alternativement.

Tout cela ayant été dit en tant que conseil d’ordre général, il est important de signaler que nous devons nous assurer que notre méditation convient à notre esprit. Si nous nous sentons à l’aise de pratiquer la méditation analytique sur les divers sujets d’une manière progressive, nous devons le faire. Si, d’autre part, nous trouvons cette pratique difficile et si elle n’est pas compatible avec notre esprit, il vaut mieux méditer sur le sujet qui nous plaît, quel qu’il soit. Si nous aimons la méditation sur la vacuité, pratiquons-la. Si cela nous convient et que nous prenons plaisir à méditer principalement sur l’intention altruiste, nous pouvons mettre l’emphase sur elle.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s