CG Jung : psychologie et connaissance de la vie

Carnets de rêves

Correspondance_CGJUNG« Dans les livres, vous pouvez apprendre beaucoup de choses sur la psychologie mais vous découvrirez vite que cette psychologie ne sert pas à grand-chose dans la vie pratique. Toute personne chargée de s’occuper des problèmes de l’âme devrait posséder une certaine sagesse de la vie, reposant non seulement sur les mots mais surtout sur l’expérience.
La psychologie telle que je la comprends n’est pas seulement un quantum de savoir, c’est aussi une connaissance de la vie. Si tant est que l’on puisse inculquer une telle connaissance, ce n’est possible qu’à partir d’une expérience personnelle de l’âme humaine et cette expérience ne peut être acquise que par un enseignement personnel, c’est-à-dire individuel, et non collectif.
En Inde, la coutume veut depuis fort longtemps que toute personne quelque peu cultivée ait un gourou, un guide spirituel qui lui apprenne, et à elle seule, ce qu’elle doit savoir. Tout le monde ne…

View original post 203 mots de plus

livre enseigner

La perte de confiance………..

Si l’opinion de soi à une telle importance, pourquoi tant de gens en ont-ils une si mauvaise ?

Quelles en sont les causes ?

La première cause de cette perte de confiance en soi est l’éducation.

Nos parents nos professeurs nos copains d‘enfance ont continuellement mis en cause nos capacités et notre intelligence. Notre confiance en nous même a été mise à rude épreuve.

Voyons quelques exemples

Un petit garçon laisse tomber une assiette et l’un des parents crie déjà «  tu es le garçon le plus maladroit que j’ai jamais vu, tu laisses tout tomber ! Quel fardeau  à porter pour un enfant.

Alors qu’il y a une grande différence entre tout laisser tomber et casser une assiette.

Il ne faudra pas s’étonner que cet enfant n’aille pas au bout de ses projets. Il laisse tout tomber !

Bien entendu, les parents ne le font pas volontairement, ils ne savaient pas le pouvoir « maléfique » des injonctions. Mais vous maintenant, vous le savez. Donc, si vous avez des enfants, attention à vos paroles…

Lors d’une dictée on annonce à l’élève qu’il a fait 5 fautes. Donc c’est mal et on lui met un 0 comme note. On lui injecte un poison. Il n’a pas le droit à l’erreur, sinon c’est mal.

Pensez-vous qu’il va oser facilement se lancer dans quelque chose d’inconnu, au risque de faire des erreurs ? Cela aurait été plus judicieux de compter le nombre de mot juste car sur une dictée de 500 mots, 5 fautes ce n’est que 1% d’erreur.

Si dans la vie, nous ne faisions que 1 % d’erreur, cela serait le paradis, non ?

La deuxième cause, qui va « enfoncer le clou » c’est l’entourage. Pas tellement notre entourage proche, mais plutôt les médias, la presse, la télévision.

Je suis persuadé qu’une mauvaise opinion de soi vient du fait que nous vivons dans une société négative et que nous avons très souvent affaire à des individus négatifs.

Le chef d’atelier entre dans l’atelier en criant  «  Vous n’aurez jamais terminé ce boulot aujourd’hui ».Une mère envoie son enfant à l’école et  le prévient « ne te fais pas écrasé ». Le météorologue annonce des probabilités de pluie sont de 20 % et que la journée sera nuageuse pourquoi ne dit-il pas que les probabilités de soleil sont de 80 % et qu’il fera surtout beau.

Il y a 10% de chômeurs, cela veut aussi dire qu’il y a 90% des gens qui ont un travail !

Demander à quelqu’un comment il va il va vous dire pas trop mal ou comme un lundi. Il ne dit pas je vais bien. Tous ces exemples prouvent que nous vivons dans une société négative.

Les médias nous influencent et veulent nous inculquer leurs points de vue.

Une femme doit être  élancée, mince, sexy pour être considérée. Un homme doit être musclé, mener ses affaires avec succès,  être dynamique et sportif pour être apprécié.

Quand est-il de ceux qui ne correspondent pas à ces stéréotypes. Ils essaient le gaz, comme disait Coluche ?

Non, bien sûr, il leur suffira de ne pas prendre pour argent comptant ces propos des médias et de s’accepter, tels qu’ils sont, sans avoir le sentiment de ne pas être adapté.

Un homme qui n’est pas sportif, qui est davantage intellectuel et spirituel, et qui n’est pas dans le business est totalement inutile ? Ah bon ? Et Bouddha, alors ? Et l’Abbé Pierre ?

Une petite femme, sans bijoux, qui ne s’habille pas sexy,  n’est pas utile à la société ? Ah bon ? Et mère Térésa, son passage sur terre n’a servi à rien ?

Arrêtez de croire les médias qui veulent nous faire gober tout et n’importe quoi. La seule chose qui les intéresse c’est l’audience et donc pour cela, ils vous parleront de choses négatives, encore et encore. Les trains qui arrivent à l’heure n’intéressent personne.

Imaginez l’ouverture du journal télévisé de 20 h avec des titres tels que :

– La finance mondiale se porte bien, 85 % de progression des actions internationales de 2009 à 2012.

– Les entreprises font des bénéfices record.

– La qualité de vie des employés et ouvriers s’est fortement amélioré durant les 50 dernières années.

Cela vous parait invraisemblable ? Pourtant c’est la vérité.

En France, nous connaissons une amélioration du niveau de vie de la classe ouvrière, et plus généralement de la moyenne de la population.

Dans les années 50,  la moitié du budget ouvrier servait à nourrir la famille, le logement était le plus souvent très exigu, la cuisine ne contait guère d’appareils ménagers ; la télévision, la voiture, le téléphone étaient des objets de luxe.

Aujourd’hui, l’alimentation représente le sixième du budget de l’ouvrier moyen,  le logement est chauffé, doté de l’eau courante, et équipé de sanitaires intérieurs.

La grosse majorité des français possède une télévision, voire plusieurs, un réfrigérateur, une voiture et même des téléphones portables pour les adolescents !

Au lieu de nous donner ces bonnes nouvelles, les médias vont nous annoncer au journal de 20 h :  « Encore un tremblement de terre à…. Il y a X morts ! (combien en ont réchappé ?)

Des passagers sont restés bloqués deux heures dans le train de Bordeaux Paris ! (combien de passagers par jour arrivent à destination sans encombre).

40 licenciements chez… (Combien d’emplois préservés ?) ». Ah la négativité, on aime ça, faut croire !!! En tout cas, eux ils aiment nous la vendre.

Voilà les 2 grandes causes de la perte de confiance en soi. L’éducation déplorable et perpétuée depuis des années par nos systèmes scolaires et le négativisme ambiant, qui est devenu le cheval de bataille des médias d’aujourd’hui

L’angoisse……une émotion repoussée

Des exemples

Chaque fois que mon fils se plaint de son sort, je deviens angoissée.

J’ai été assailli par une bouffée d’angoisse dès que j’ai pénétré dans ces lieux.

Je me réveille souvent avec une boule d’angoisse.

Qu’est-ce que l’angoisse ?

(Un article complet a été consacré à l’anxiété et à l’angoisse: L’anxiété et l’angoisse, les Vigiles de l’équilibre mental ).

L’angoisse est un malaise plus ou moins intense qui surgit souvent de façon inattendue. Elle peut être momentanée ou s’installer durant de longs moments. L’angoisse s’accompagne d’un serrement « au creux de l’estomac ». Lorsqu’elle est intense, il s’ajoute d’autres réactions physiologiques: difficulté à respirer, transpiration, palpitations, étourdissement, faiblesse, nausée, etc… À cause de cela, la crise d’angoisse est parfois confondue avec un malaise cardiaque.

L’angoisse peut surgir à l’occasion d’une pensée, au contact d’une personne, d’un lieu, d’une odeur… On peut ne pas avoir conscience de ce qui l’a déclenchée et avoir l’impression qu’elle « vient de nulle part » mais l’angoisse a toujours un fondement, elle ne vient jamais de « nulle part ». C’est le fait de repousser l’expérience qui tend à apparaître à la conscience qui donne l’angoisse.

Le rejet de ce qui cherche à émerger donne lieu à une bataille intérieure qui prend la forme d’une angoisse. Le grand inconfort qu’on nomme angoisse est en effet le résultat de forces qui s’affrontent en nous: celles qui poussent le sujet à émerger et celles qui repoussent ce sujet de la conscience.

À quoi sert l’angoisse?

Contrairement à la peur, l’angoisse ne semble, à première vue, reliée à aucun objet. Mais en fait elle apparaît lorsqu’on néglige de faire une place à un sentiment qui émerge ou à un sujet qui nous préoccupe.

On devrait considérer l’angoisse comme un signal. Le signal qu’on repousse une émotion ou une préoccupation. L’émotion ou la préoccupation repoussée est parfois une nouvelle expérience qui tente d’émerger, comme dans l’exemple 1. La personne repousse la colère qui surgit en elle chaque fois que son fils se plaint ainsi, « le ventre plein ».

Mais l’angoisse qui persiste est un signe que l’émotion ou le sujet de préoccupation est repoussé régulièrement, comme dans l’exemple 3. « Je me réveille avec angoisse qui sous-tend une peine ou un mécontentement par rapport à quelque chose de mon existence, peine où mécontentement sur lequel je ne m’arrête jamais. » L’angoisse persistera tant que je ne consentirai pas à « rester avec » le sentiment refusé.

On doit considérer l’angoisse comme un « symptôme », au même titre que l’insomnie (pour en savoir plus, voir l’article: L’enfer insomniaque: comment en sortir vivant ?), la « migraine de tension » (pour en savoir plus, voir l’article: Vaincre la migraine sans médicament), et que d’autres réactions psycho-somatiques comme l’irruption d’eczéma, le « feu sauvage », etc…

On peut comprendre qu’elle surgisse sans qu’on sache pourquoi puisqu’elle remplace l’émotion refusée. On peut comprendre aussi qu’elle surgisse à l’occasion d’une pensée, d’un contact, devant une image, en humant un parfum, etc… Ces situations stimulent le sentiment ou le sujet de préoccupation occulté systématiquement.

Il faut donc voir l’angoisse comme un signal: quelque chose d’important se passe en nous. Il s’agit d’un vécu qui nous fait peur et devant lequel on a la réaction de fermer les yeux.

Source: http://www.redpsy.com

Respect et estime de soi

Lorsque vous vous plaignez que quelqu’un ou quelque chose vous rend triste ou vous met en colère, posez-vous la question :  » Pourquoi est-ce que je choisis ce sentiment ou cette réaction? »  » Blâmer les autres amenuise toujours votre pouvoir. Si vous pouvez découvrir les raisons pour lesquelles vous avez choisi de vous sentir blessé, vous apprendrez beaucoup sur vous-même. Certains d’entre vous ont peur de perdre l’amour des autres, s’ils prennent fait et cause pour eux-mêmes. Certaines personnes sont très habiles lorsqu’il s’agit de vous convaincre que vous êtes dans votre tort alors que vous défendez vos croyances. Remerciez-les silencieusement de vous donner cette opportunité de devenir plus fort, parce que, souvent, la force se développe au contact de l’adversité. avoir le respect de soi signifie rester auprès de vos vérités les plus profondes et connaître vos sentiments les plus intimes. Cela signifie que vous reconnaissez que la décision de vos sentiments vient de vous et non des autres.

Certains d’entre vous s’associent, ou vivent avec des personnes qui les déprécient et les culpabilisent. Vous pouvez cesser de focaliser sur les sentiments des autres au point d’en oublier les vôtres. Une femme était mariée à un homme qui la culpabilisait constamment et critiquait tout ce qu’elle faisait. Elle était tellement centrée sur les sentiments de son mari qu’elle ne s’était jamais intéressée à savoir, en tant d’années partagées ensemble, ce qu’elle ressentait de la façon dont il la traitait. Elle faisait tout son passible pour lui faire plaisir, essayant d’anticiper ses états d’âme et ses fantaisies, afin de n’être jamais prise en défaut. Pourtant, cela se terminait toujours par les colères de son mari à son égard. Elle finit par penser qu’elle ratait tout et qu’elle n’avait aucune valeur. Elle passait tant de temps à analyser les sentiments de son mari qu’elle n’était plus consciente des siens.

Beaucoup d’entre vous essaient de faire plaisir aux autres, se concentrant ainsi sur les sentiments des autres et non sur les vôtres.

Être conscient de sa valeur personnelle implique de faire attention à ses propres sentiments. Vous n’avez aucune raison à donner pour expliquer vos choix. Vous n’avez pas à prouver aux autres votre valeur. Acceptez vos sentiments ; ne les analysez pas et même, n’en doutez pas. Ne vous questionnez pas sans cesse :  » Ai-je raison de me sentir blessé?  » Considérez vos sentiments comme réels et honorez-les de la sorte. De nombreuses personnes acceptent les autorités extérieures. Lorsqu’elles vous disent que vous n’êtes pas bien, vous acceptez. Lorsqu’elles vous disent que tout est de votre faute, vous acceptez. Je ne veux pas dire par là que vous devez ignorer complètement ce que les autres disent, mais vous devez avant tout honorer ce que vous ressentez. Il faut bien faire la distinction entre rester ouvert aux critiques constructives et essayer de faire ce que les autres vous disent de faire alors que vous ne le voulez pas. Créer l’estime de soi et de sa valeur implique le respect de ses sentiments, de son chemin et de sa direction. Cela signifie le respect de soi en parole, en action et en comportement.

L’estime de soi signifie que vous croyez en vous, sachant que vous agissez au meilleur de vous, même si, dans les jours qui suivent, vous connaissez de meilleures façons d’agir. Cela implique que vous sentiez que vous avez raison et que vous vous sentiez bien envers vous-même. Certains d’entre vous sont toujours au maximum d’eux-mêmes, se poussant, se défonçant pour y arriver, tout en sachant que, quoiqu’ils fassent, ce ne sera jamais assez. L’acharnement excessif vers un but n’est absolument pas nécessaire sur le chemin de la joie. Respectez-vous en suivant bien votre rythme intérieur. Reposez-vous, jouez, pensez et prenez le temps de rester en silence. Accomplir ces différentes activités qui vous nourrissent, sont les moyens d’augmenter votre estime personnelle.

N’attendez pas que les autres vous respectent et vous traitent de manière plus positive.

Ils ne le feront pas tant que vous ne vous respecterez pas. Vous n’avez pas à perpétuer une relation avec des gens qui ne vous respectent pas ou qui ne vous traitent pas bien. Si vous êtes en compagnie de telles personnes, agissez avec dignité et n’oubliez pas qu’elles ne vous respectent pas, de même façon qu’elles ne se respectent pas elles-mêmes. Vous pouvez envoyer un message télépathique sur la manière dont vous voulez être traité. Les gens ne vous manipulent que si vous les laissez faire.

Vous n’avez pas à vous mettre en colère ou à réclamer vos droits, sinon tout cela va engendrer des luttes de pouvoir. Gardez votre cœur ouvert. Ces personnes ne sont pas capables de reconnaître leur être supérieur ; il leur est donc impossible de respecter le vôtre. Vous ne désirez pas que votre estime personnelle soit basée sur la manière dont les autres vous traitent et vous voient. Quelque soit le sentiment élevé que vous éprouviez envers vous-même, vous rencontrerez toujours des personnes irrespectueuses envers vous, tout simplement parce qu’elles n’ont pas appris à se traiter elles-mêmes avec amour. Les relations que vous entretenez avec les autres ne peuvent être meilleures que les relations que ces personnes ont avec elles-mêmes. Si elles ne savent pas s’aimer, cela impose une limite à l’amour qu’elles vous portent. Quelles que soient la bonne volonté et la gentillesse que vous y mettiez, elles ne peuvent pas vous donner l’amour que vous cherchez. Le pardon est la clé pour rester à l’aise face au comportement des autres personnes à votre égard. Abandonnez aussi toute colère, laissez simplement tout cela partir et pensez à autre chose.

Parmi vous, certaines personnes pensent que leurs parents sont responsables de leur manque de confiance. Vous ne pouvez pas blâmer vos parents, parce que ce sont vos réactions à leur égard qui ont créé ce manque de confiance. Deux enfants peuvent vivre dans une famille à tendance négative, pourtant l’un d’eux grandira avec une bonne estime de soi et l’autre pas. C’est vous qui décidez de ne pas vous sentir bien. Plutôt que de vous sentir accablé par votre enfance et victime de votre éducation, comprenez bien que c’est vous qui avez choisi ces situations afin d’apprendre et de permettre à votre âme d’évoluer. vous pouvez dire :  » J’ai tendance à me faire avoir par les hommes parce que mon père me maltraitait « . Vous êtes venu sur Terre pour apprendre certaines dimensions de l’amour et si vous ne les avez pas apprises de votre père, vous choisirez des hommes vivant les mêmes schémas, afin qu’ils vous enseignent ce que vous devez apprendre. Par exemple, si vous avez été maltraité par votre père durant votre enfance, alors, vous pourrez vous apercevoir que vous êtes attiré par ce genre d’homme, jusqu’au jour où vous décidez de ne plus être traité de la sorte. Une des leçons que vous êtes venu apprendre dans cette vie est peut-être de vous aimer et vous respecter; alors, vous créez des situations qui vous jettent ce défi. Dès que vous décidez d’agir ainsi, tous ces schémas répétitifs cessent.

Typologie à 4 dimensions d’après C.G. Jung

Et si vous exploriez vos qualités?

Vos préférences pour l’action ou pour la rêverie. Pour le coeur ou la raison. Pour la scène ou les coulisses…

Tel un miroir bienveillant, votre type de personnalité d’après C.G. Jung vous renseignera sans vous juger.

Normaux et différents

L’approche de la personnalité de C.G. Jung repose sur un principe simple: Que nous soyons différents est normal. Notre personnalité peut être à l’origine de difficultés au contact d’autres personnes. Cela ne la rend pas pathologique pour autant! Comprendre votre différence et la respecter, c’est en faire une ressource. Voilà pourquoi les tests inspirés par la typologie de Jung ne vous jugent pas. Ils examinent simplement vos préférences pour déterminer si vous êtes plutôt…  jugement – perception Partition ou impro?
Un 4me axe, introduit dans la typologie jungienne par Isabel Myers Briggs, est celui de notre rapport au monde extérieur.
Ce monde regorge d’opportunités pour les plus aventureux (fonction perception). Mais il nous procure aussi des règles (fonction jugement) qui évitent les fausses notes.extraversion – introversion Lecture ou soirée copains?

Le premier axe de la typologie de Jung est celui de l’orientation de notre énergie.

Une personnalité introvertie préfère se ressourcer par la lecture, le cocooning, les balades solitaires. Alors que les extravertis aiment les échanges et animent nos fêtes, sorties, réunions sociales…sensation – intuition Action ou rêverie ?
Jung a observé que nous privilégions soit l’expérience directe de nos cinq sens (la fonction sensation) soit notre imaginaire (la fonction intuition).
Ce que les uns font activement, ressentent intensément, goûtent et touchent avec volupté… Les autres se satisfont parfois de tout simplement y rêver.pensée – sentiment Coup de cœur ou décision mûrement réfléchie?
Les deux autres fonctions de Jung sont celles qui guident nos décisions.

Ce modèle à 4 dimensions* permet de trouver parmi 16 types de personnalité celui qui vous « ressemble le plus ». Oh, il va de soi que la richesse de chacun de nous déborde de ce cadre un peu réducteur. Mais…

Mais quelques instants devant le miroir ne sont jamais perdus. L’image qu’il renvoie est parfois surprenante de vérité.

Voila le lien vers ce fameux test:

http://www.therapiebreve.be/plus/tests/personnalite-jung