De retour

Ca fait plusieurs mois que je n’avais pas publié d’articles sur le blog. Un déménagement, un changement de métier, quelques problèmes personnels beaucoup de joie et la vie qui court toujours plus vite. Me voila donc quelques mois après le dernier article toujours décidé à partager avec mes lecteurs des idées, des leçons de vies, et de nouvelles expériences.

J’avance doucement sur mon propre chemin personnel et j’ai choisi pour mon propre bien être de ne pas essayer de régler les problèmes d’autres personnes par le biais d’une activité de « pseudo » thérapeute ou bien à l’aide d’instruction en méditation.

Je m’explique : le processus d’éveil est propre à chacun et quelqu’un qui cherche absolument à comprendre l’éveil et donc à le vivre ne le trouvera jamais au travers des yeux d’une autre personne. L’éveil est pour moi une étape de vie comme la naissance, la mort…… Pour ma part, je me suis juste aperçu, un jour, que j’étais la cause de mon propre bonheur et, inversement, de mon propre malheur…… Ce résumé vous semble certainement très succinct et pourtant il résume tout.

Je me suis donc cru capable de pouvoir aider les gens dans leurs propres problèmes et  j’oubliais pourtant l’essentiel : Celui qui désire évoluer doit être prêt à le faire quel que soit le prix à payer. Cette démarche demande un regard juste envers soi, elle demande une implication sans faille dans le processus de compréhension de soi et aussi et surtout elle réclame une constance implacable. Vouloir se sentir mieux c’est bien mais se confronter à ses propres erreurs c’est autre chose… Les personnes que j’ai pu rencontrer en accompagnement cherchaient juste une oreille attentive ou bien un conseil mais elles n’étaient pas prêtes à mettre en danger leur confort utopique. Et puis faire payer les gens pour les accompagner n’est définitivement pas mon dada. L’éveil et le bonheur sont définitivement « gratuits » pour moi et je ne vois pas pourquoi je ferais payer quelqu’un pour qu’il goute un semblant de félicité.

Bref je me suis concentré ces derniers mois sur mon propre bonheur sans chercher à aider une autre personne que moi même. J’ai avancé malgré les embuches et les résistances que mon égo ne voulait pas lâcher. Je médite tous les matins, tout du moins j’essaye. Chaque méditation est une parenthèse dans ma vie ou seul ma propre personne et ce simple instant compte. Moi avec moi même avec, bien sur, des pensées surgissant suivant mon humeur de la journée mais toujours dans le calme avant la tempète de la journée.

Je médite le matin, au reveil. Avec ou sans musique suivant mon humeur. A partir de la la journée peut commencer tranquillement.

Je ne sais pas si vous serez nombreux a lire ce post jusqu’au bout mais peu importe. J’écris pour me faire du bien à moi d’abord….. Certains parlerons d’égoisme en disant que je ramène tout à moi mais je ne pense définitivement pas que je suis ce genre de personne. Je ne suis qu’un homme en quête de son propre bonheur, de sa propre lumière.

Publicités

Fais confiance la vie n’est pas une cause perdue

Roman initiatique que j’écris au fur et à mesure de mon inspiration. Je partage aujourd’hui avec vous le début d’une nouvelle création.


L’histoire:


Rita vient de lâcher son travail, elle décide de changer de vie et de démarrer une formation en méditation afin de mieux se connaitre.

Elle est a des années lumières de penser que la tournure des événements va profondément la transformer .

Alors prêt à débuter cette nouvelle aventure avec elle ?

Suivez le guide en cliquant sur l’image ci dessous.

Mantras-For-Meditation

Altruisme et bonheur personnel

• Quand je cause du tort à une autre personne ou que j’éprouve de la rancune envers elle, cela me rend-il heureux ?

• Cela crée-t-il souvent de la souffrance ?

• Par expérience, aider les autres me rend-il plus ou moins heureux ?

• Combien de temps est-ce que je passe à rêver à ce que je veux ou essayer de l’obtenir, et à éviter ce que ne veux pas ou à m’en prémunir ?

• Lorsque j’obtiens ce que je veux, combien de temps dure ma satisfaction avant de penser à un nouvel objet de désir ?

• Combien de temps puis-je être simplement satisfait de ce que j’ai ?

Quand je cause du tort à une autre personne ou bien que j’éprouve de la rancune envers elle, je suis loin d’éprouver du bonheur. En effet, mon esprit est bien plus focalisé sur une stratégie ou bien concentré sur l’acte de vengeance en lui même plutôt que de penser à atteindre mon propre bonheur. L’altruisme est pour moi une réponse à mes questions. Je me suis rendu compte que l’aide que je pouvais procurer à autrui et le fait de rester dans une énergie positive m’apportait bien plus de bonheur que de stagner dans un état de vengeance ou bien de rancune. Un sourire, un regard, un geste, une manière douce de parler à l’autre nous renvoie à la manière dont nous nous parlons à nous même. Une absence de jugement au quotidien me permet de rester dans cette quiétude envers moi même. Alors bien sur la permanence de cet état n’est pas chose aisée mais la pratique de la méditation à un rythme quotidien (que cette dernière soit statique ou non) me permet de m’ancrer dans cette nouvelle façon et je dirais même dans ce nouvel état d’être.

Je prends conscience que ma satisfaction personnelle ne se résume pas a ce que je possède mais plutôt à celui que je suis. Pour moi la véritable richesse est intérieure. Elle transparait au travers de mes actes, que ces derniers soient dans un but personnel ou bien liés au bonheur d’autrui. En reconnaissant cela mon être prend son entière dimension et mon bonheur intérieur s’en trouve nourrit et renforcé.

10 conseils pour arriver à pratiquer quotidiennement la méditation

Beaucoup de personnes se lancent dans la méditation mais bien peu réussissent à instaurer cette pratique dans leurs vies, quotidiennement, sur le long terme. Si vous débutez en méditation votre but n’est pas juste d’apprendre à méditer mais bel et bien d’en faire une habitude, un instant rythmant votre quotidien.

Pour y arriver voila donc dix points pouvant vous aider à faire de cette pratique une habitude.

1/ Se fixer une durée de pratique……. et s’y tenir

Vous ressentirez les bénéfices résultant de la méditation sur le long terme uniquement si vous la pratiquez quotidiennement. Prenez, dans un premier temps, l’habitude de vous réserver deux pauses de 10 minutes par jour avec pour seul but l’envie de ressentir l’instant présent. Vote méditation peut se réaliser assis, allonger, debout. Ressentez l’instant au travers de chacun de vos sens. Regardez, sentez, ressentez, écouter……..

2/ Posez une intention avant chaque méditation

Votre volonté va être un des acteurs principaux de votre réussite dans la pratique de la méditation. Quelquefois, une petite motivation peut vous aider à passer d’un acte isolé à une pratique régulière. Réfléchissez à la raison qui vous a poussé à méditer et servez vous de cette dernière pour avancer tous les jours dans votre pratique quotidienne.

3/ Choisir son endroit de prédilection

Un petit coin bien à soi et uniquement prévu pour la méditation peut vous donner l’envie quotidienne de méditer. Organiser un coin rien qu’a vous. Disposez des bougies, des coussins, un ou bien plusieurs statues de bouddhas ou tout autre objet vous permettant de vous sentir paisible. Laissez aller votre créativité afin que ce petit coin reflète l’intention qui découle de votre pratique.

4/ Méditation et respiration

L’heure est venue de méditer et …….pfffffff……. Allez un peu de motivation ! Commencez par vous installer confortablement. Fermez les yeux tout en restant le dos bien droit et commencez par vous concentrer sur votre respiration. Que vous vous sentiez détendu à la fin de votre séance ou pas l’essentiel est que vous ayez accompli votre petite pause. Dans tous les cas, vous progressez…

5/ Étirez vous

Quelquefois, tout ce que vous avez besoin pour être dans un meilleur état d’esprit passe par une petite séance d’étirement. Ce petit exercice peut vous aider à vous relaxer afin de pouvoir entrer en méditation plus facilement.

Tenez vous debout, les bras le long du corps et les pieds dans l’alignement du bassin. A l’inspiration écartez vos bras pour placer vos mains , bras tendus, au dessus de votre tête tout en vous dressant sur vos orteils. A l’expiration, revenez à la position initiale. Répétez cet exercice 5 fois. Vous réaliserez vite que votre seul souci était d’évacuer des tensions musculaires avant de démarrer votre séance.

wyjkucakpmv

6/ Tenir un journal

En effet, tenir un journal dans lequel vous recensez vos pensées, votre ressenti à la sortie de chaque séance, la durée de ces dernières est un bon moyen pour vous permettre de vous rendre compte de vos progrès. Essayer c est l’adopter. Alors prenez le temps de choisir un joli petit cahier et démarrer maintenant votre journal de bord.

7/ Observer son anxiété

Au cours d’une séance, il se peut que vous vous sentiez anxieux ou bien mal à l’aise. Bien entendu, il serait mal venu d’arrêter votre pratique. Pour rester dans votre état méditatif, fermez les yeux ( si vous méditer les yeux ouverts) et décomptez de 10 à 1 puis retournez à votre état de veille. Vous vous apercevrez vite que votre angoisse aura disparu avant même que vous arriviez à finir votre décompte. N’oubliez pas que chaque état d’être est un état transitoire et qu’il ne sert à rien de lutter contre une émotion. Elle ne fait que passer.

8/ Se rappeler des bénéfices

Entre deux séances, si vous sentez que votre motivation commence à vaciller, prenez du temps pour vous remémorer les bénéfices de la pratique de la méditation en lisant ou bien en regardant des conférences des praticiens et autres instructeurs vous ayant inspiré la pratique de la méditation. Ils ont toujours un discours bienveillant prônant les bienfaits de la pratique journalière de la méditation.

9/ Expérimenter

Essayez, testez, approfondissez votre pratique en testant de nouvelles manières de méditer. Il existe une infinité de techniques permettant de varier votre quotidien et de palier à la lassitude.

10/ Au calme

Avant chaque séance, pensez à vous couper du monde et du brouhaha ambiant en éteignant votre téléphone afin de ne pas être perturbé durant votre pratique quotidienne. Pensez à votre sérénité en éliminant toutes sources d’anxiété.  Avertissez votre entourage avant de débuter votre méditation afin de ne pas les voir débouler en plein milieu de votre séance.

 

 

L’esprit et le cœur

Comment arriver à connecter son esprit à son cœur? Quel est le lien entre eux ? Comment faire pour se relier à ce qui est tout en étant conscient de celui que je suis ? Comment ne pas m’oublier dans ce que je donne aux autres tout en gardant ma propre singularité ?

Larges et vastes questions que celles-ci. Tu dis aimer les autres, te connecter à eux par ton empathie mais à quels moments te connectes-tu à celui que tu es vraiment? Tu dis aider les autres mais toi qui t’aides? L’esprit et le cœur sont indissociables l’un de l’autre. Si l’un va mal, l’autre souffre aussi. Si l’un est aligné avec ses plus profondes aspirations l’autre le sera aussi. N’oublie pas que de ce mélange découle ta vie. Que ce lien n’est pas fictif comme la plupart des gens le pensent. Qu’il est bel et bien présent dans chacun des actes que tu fais, dans chacunes des décisions que tu prends.

Penser que l’un peut vivre sans l’autre est une hérésie. Croire que tu ne peux vivre qu’en laissant parler ton cœur ou bien en laissant croitre ton esprit est faux. La vie est faites pour relier ces deux aspects de ta personnalité. La vie t’aide à trouver le chemin qui relie l’un à l’autre en expérimentant des manières de faire, des façons de penser. En trouvant le juste milieu entre la compagnie des autres et ta solitude.

Nourrir un seul de ces deux aspects est dangereux. Car soit tu t’oublies dans la vie de l’autre, soit tu te coupes de tout partage, de tout échange. Le sentiment de plénitude ne peut apparaitre qu’en trouvant la manière, ta manière d’être au milieu de tout cela. Ne cherches pas chez les autres ce que tu n’as pas encore trouvé chez toi. Et si je ne devais te donner qu’un seul conseil alors je te dirais que l’esprit s’enrichit de ce qu’il reçoit et le cœur grandit par ce qu’il donne.